Peut-on élever ses enfants sans les frustrer ? ==> voilà le titre de la grande discussion des Maternelles de lundi dernier (sur France 5).

les_maternelles

J'aime beaucoup cette émission, et depuis longtemps, mais je ne peux plus beaucoup la regarder depuis qu'on habite ici parce qu'on a pas France 5 dans notre montagne :-/ Alors de temps en temps, je la regarde en vidéo sur le site.

Le thème du débat ==> Allaitement long, co-dodo, portage en écharpe, le "maternage proximal" séduit de plus en plus de mères. Si cette façon d’élever ses enfants connaît des adeptes, elle a aussi ses détracteurs.
Peut-on élever ses enfants autrement ?

portage

Intervenants :

  • Catherine Dumonteil-Kremer, formatrice, consultante familiale, auteure de l’ouvrage Elever son enfant... autrement, paru aux éditions La Plage (2003) ;
  • Didier Pleux, docteur en psychologie, psychothérapeute et auteur de l’ouvrage Un enfant heureux, paru aux éditions Odile-Jacob (mars 2010).

Vous pouvez voir la vidéo ici.

J'ai trouvé cette discussion intéressante, abordant plusieurs aspects de cette éducation dite "alternative" : éducation non-violente, portage, allaitement, langage des signes avec les bébés, accouchement à domicile, diversification alimentaire autonome et consciente,... Bon, comme partout, il y a du bon et du mauvais :

 

  • Pourquoi ce titre : "sans les frustrer" ? être proche de son enfant veut-il dire lui céder tous ses caprices et en faire un enfant-roi ?
  • Pourquoi parler de "maternage" ? Les papas ne participent-ils pas à cette éducation, ne partagent-ils pas de leur temps pour écouter et faire grandir leur(s) enfant(s) ? Chez nous, dans mon entourage (pour la plupart, en tout cas), la réponse est "oui". Des vrais papas "paternants" ;-))
  • Être à l'écoute de son enfant : oui ; le placer au centre du monde : non. Mais là-dessus, les mamans invitées à témoigner sont assez claires. Il s'agit d'être à l'écoute des besoins, des envies de l'enfant mais en fixant un cadre, des limites. Il n'est pas question d'en faire un enfant-roi !!
  • Ce qui est terrible, c'est que les familles qui ont fait ces choix soient toujours souvent, obligés de se justifier : tu l'allaites encore, à son âge ? ; comment ça il dort avec vous ? ; ... Rappelons que nous sommes un des rares pays où ces pratiques ne sont pas systématiques, parce qu'elle sont naturelles en fait.
  • Je suis d'accord en grande partie avec ces principes d'éducation non-violente, mais pas par principes justement, mais parce que ça me paraît logique et naturel tout simplement :
  1. J'allaite Margot parce que c'est, nous semble-t-il, ce qu'il y a de meilleur pour elle comme pour moi. En plus de ça, c'est pratique (pas de biberons et dosettes de lait à trimballer partout, le lait de maman il est toujours prêt ;-)), et c'est SUPER économique (env. 17 € la boite de lait en poudre :-/)
  2. On la porte en écharpe, Tibo & moi, parce que là encore, c'est pratique, pas encombrant, on a les mains libres. Et puis parce qu'on aime l'avoir tout près de nous, à portée de bisous !!
  3. Elle dort dans notre chambre, parce que j'ai pas à me lever pour les tétées nocturnes, et qu'en janvier quand elle est née on n'arrivait pas à chauffer sa chambre et la nôtre... Du coup, on dort tous dans la même ^^ ! Et puis on a essayé de la faire dormir dans sa chambre une fois, et ça a valu une arcade sourcilière à son père à 5h du mat'...
  4. On utilise le langage des signes, parce qu'on n'a pas envie d'être confrontés à un "dialogue de sourds" jusqu'à ce qu'elle ait acquis le langage oral.

signes
clic sur l'image pour accéder au site Signe avec moi.

Je pratique la langue des signes (plus précisément le Makaton) avec les enfants de la Clis dans laquelle je travaille. Ce sont des enfants présentant un handicap moteur et/ou des troubles de la communication (troubles autistiques pour la plupart). Et certains d'entre eux ne sont pas ou peu verbaux, et arrivent à nous exprimer leurs besoins, leurs envies grâce à quelques signes. C'est un outil indispensable à la communication avec les personnes/enfants qui ne possèdent pas le langage oral.

Ce n'est pas parce que je ne parle pas que je n'ai rien à dire !!

Margot n'a que 4 mois, on ne s'attend pas à ce qu'elle nous signe le dictionnaire le mois prochain bien sûr, mais si cela peut nous éviter quelques frustrations dues à l'incompréhension, c'est toujours bon à prendre.

Après, je suis aussi d'accord pour dire que chaque "méthode" a ses limites :  dormir avec son enfant, d'accord mais jusqu'à quel âge ? Et puis, il y a certaines contraintes qui font obstacles : reprise du travail, mode de garde,...
Mais tout ça reste très subjectif, et tant qu'on est en accord avec ce que l'on fait avec ses enfants, l'essentiel est là !!!

Et vous, parents ou pas, vous en pensez quoi ?